Forum nucléaire - Désobéir Index du Forum Forum nucléaire - Désobéir
Non au missile M51 / Le Manifeste des Désobéissants
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Nucléaire et effet de serre
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4
 
Publier un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum nucléaire - Désobéir Index du Forum -> Divers
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
pascal



Membre confirmé
Membre confirmé
Inscrit le: 04 Déc 2007
Messages: 127

MessagePublié le: Mer 04 Nov 2009, 20:34    Sujet du message: Répondre en citant

Kristo a écrit:
Pour info...

Malgré une forte croissance économique, L'Inde reste pour l'instant un modèle de sobriété énergétique

Le Monde - 3 novembre 2009 - Hervé Kempf

Et si l'Inde était un modèle d'efficacité énergétique ? Le lieu commun veut que les pays en développement gaspillent leur énergie, faute de technologies adéquates, tandis que les pays développés l'utiliseraient plus efficacement. Une étude du cabinet indien Prayas, présentée lors de la conférence de la Fédération internationale des journalistes de l'environnement (FIJE), à Delhi, le 28 octobre, montre qu'il n'en est rien.

Intitulée " An overview of Indian energy trends ", elle relève qu'entre 1990 et 2005 le produit intérieur brut (PIB) du pays a été multiplié par 2,3, mais la consommation d'énergie par 1,9. De surcroît, l'intensité énergétique (consommation d'énergie rapportée à la production) est bien moindre que celle de la Chine, mais aussi que celle des Etats-Unis, et se rapproche du niveau européen.

Une bonne part de cette performance s'explique par les prix de l'électricité dans l'industrie, parmi les plus élevés du monde. Dans les transports aussi, l'Inde manifeste une grande sobriété : la consommation totale de l'Inde en essence et fioul était inférieure en 2005 à la simple augmentation de la consommation en Chine et aux Etats-Unis entre 1990 et 2005. Le prix élevé des carburants joue un rôle important, mais aussi la densité des villes indiennes, qui limite la longueur des déplacements.

Régime végétarien

On retrouve dans les usages domestiques une meilleure intensité énergétique, à revenu comparable, qu'aux Etats-Unis. Cela s'explique par l'utilisation importante de la biomasse, mais aussi par le régime végétarien très répandu, qui limite les besoins de cuisson : en moyenne, un Indien consomme vingt-cinq fois moins de viande qu'un Américain.

L'Inde ne parvient cependant pas à venir à bout de la pauvreté. La croissance a surtout profité aux classes moyennes et supérieures, et 40 % de la population ne dispose pas de l'électricité.

L'énergie solaire et le gaz naturel apparaissent comme les voies d'avenir, mais aussi l'adoption de la technologie supercritique pour la combustion du charbon (qui améliore le rendement et réduise les émissions polluantes), ainsi que la réduction des pertes d'énergie dans les réseaux.





"Et si l'Inde était un modèle d'efficacité énergétique ?"

Effectivement... Ce pays est aussi champion du monde d'émissions de CO2 par kWh



Source:
Emissions de CO2 par kWh pour une sélection de pays du monde en 2006. Source Agence Internationale de l'Energie, 2008.
_________________
James Lovelock (les Echos mai 2007)
"L’hostilité à l’égard de l’énergie nucléaire m’est apparue encore plus absurde compte tenu de la gravité de la crise climatique".
Le lien d'un type "qui ne sait pas quoi dire": www.manicore.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Kristo



Site Admin
Site Admin
Inscrit le: 02 Juin 2006
Messages: 848
Localisation: Paname

MessagePublié le: Mer 04 Nov 2009, 22:23    Sujet du message: Répondre en citant

Ce qu'on remarque parfois en Inde, et dans d'autres pays pauvres, c'est la pollution "de proximité". Quand on est dans un rickshaw en plein embouteillage, ça sent la fumée !
Par contre, la pollution par habitant est bien moindre.
C'est la densité de la population, dans les villes, qui est importante et fait penser à certains "qu'est ce qu'ils polluent, ces pauvres!"
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
pascal



Membre confirmé
Membre confirmé
Inscrit le: 04 Déc 2007
Messages: 127

MessagePublié le: Mar 10 Nov 2009, 11:40    Sujet du message: Répondre en citant

Le nucléaire et la planète

Dix clés pour comprendre



…paru fin octobre aux éditions Grancher. 312 pages ; 20 Euros.

Vous lirez ci-dessous un court résumé.



Ce livre a été écrit à l’attention d’un public non spécialisé dans le domaine nucléaire. Il reprend et développe, sous une forme que j’espère accessible, voire agréable, les explications, commentaires, analyses proposées par la SFEN (et le plus souvent, aussi, par les acteurs et les associations du secteur nucléaire) depuis plusieurs années.



Alors que les opposants au nucléaire font feu de toute langue de bois (bien aidés en cela par certains médias) pour tenter de discréditer encore et toujours cette énergie, « Le nucléaire et la planète » peut contribuer à rétablir et diffuser une information et des argumentations fiables dans ce domaine sensible…et à peser ainsi dans le débat.



Merci à toutes et à tous de faire un peu de pub pour ce livre qui ne pourra peser un tant soit peu dans le débat que s’il est correctement diffusé. Vous trouverez à la fin de ce document quelques précisions sur les modalités d’achat et de diffusion.



Présentation du livre ( reprenant le communiqué diffusé aux journalistes) .



« La situation énergétique et climatique de la planète est inquiétante. Si nous voulons laisser une Terre à peu près vivable à nos enfants – qui seront 8 milliards en 2030 ! - et leur permettre de s’éclairer, de se chauffer, de se soigner, de se déplacer, de se distraire…dans des conditions de confort et de sécurité acceptables, il faut surmonter deux difficultés majeures : l’épuisement prochain des ressources mondiales de pétrole et de gaz et la menace du réchauffement climatique. Ce double défi impose à la communauté humaine une réorientation profonde de ses politiques énergétiques.

Dans ce contexte, quel rôle attribuer au nucléaire ? Le débat est relancé et le public est plus que jamais amené à s’interroger : quels sont les véritables avantages de cette énergie, de plus en plus souvent présentée comme un indispensable recours ? N’est-elle pas porteuse de risques incontrôlés rendant inacceptable son utilisation ?



Le projet de ce livre est de répondre aussi concrètement que possible à ces interrogations. Sur les avantages tangibles du nucléaire comme sur ses aspects les plus controversés, il entend apporter aux citoyens concernés des éclairages, des explications, des argumentations… bref les repères essentiels capables de constituer autant de « clés pour comprendre » et pour juger.

Sans jargon, sans langue de bois et sans craindre de bousculer bien des idées reçues… l’auteur aborde en dix chapitres les dix grandes questions qui forment aujourd’hui le cœur du débat nucléaire :

Quelles sont les causes et les perspectives de la crise mondiale de l’énergie et du climat ? Le nucléaire peut-il aider à la résoudre ? Peut-il nous protéger du réchauffement climatique ? Nous expose-t-il à une radioactivité dangereuse ? Est-il une menace pour la santé et l’environnement ? Court-on le risque d’un accident aux graves conséquences comme à Tchernobyl ? Les déchets nucléaires sont-ils un danger pour les générations futures et pour la planète ? Le nucléaire civil accroît-il le danger de prolifération de l’arme atomique ? Quels sont les avantages du nucléaire pour la France ? Quels sont les « classiques » du discours anti-nucléaire en France et quelle crédibilité leur accorder ?

A travers ces questions incontournables et les réponses concrètes qui leur sont apportées, c’est tout le débat nucléaire qui se trouve revisité, à la lumière des derniers acquis scientifiques et techniques, des leçons tirées de l’expérience et des nouveaux enjeux liés à la crise de l’énergie et du climat. Un état des lieux que l’auteur, hors de tout angélisme et de toute diabolisation, dessine avec clarté et nuance, sans méconnaître les contraintes et les risques inhérents au nucléaire, mais en prenant aussi la mesure de la précieuse contribution qu’il peut apporter à la satisfaction des besoins énergétiques de la communauté mondiale.



Avec « Le nucléaire et la planète », Francis Sorin verse une pièce importante au débat nucléaire ; un livre de référence qui devrait rencontrer l’intérêt de tous ceux qui s’interrogent sur l’énergie, le climat et l’avenir de la planète… »

------------ --------- --------- --------- --------- --------- --------- --------- --------- --------- --------- --------- --

312 pages – 20 Euros – Editions GRANCHER – Parution fin octobre 2009



L’auteur : Journaliste scientifique spécialisé dans le domaine de l’énergie et du nucléaire, Francis Sorin est rédacteur en chef de la Revue Générale Nucléaire et directeur du Pôle Information de la Société Française d’Energie Nucléaire (SFEN). Interlocuteur écouté du débat sur les orientations de la politique énergétique en France, il est l’auteur de nombreux documents et analyses consacrés à ces questions. Publications les plus récentes : « Nucléaire : les chemins de l’uranium » avec Pierre Morvan et Michel Jorda ( Ellipses) ; « La France et le choix électronucléaire : une approche géopolitique » ( Revue Française de Géopolitique) .

F.Sorin est membre du Haut Comité pour la Transparence et l’Information sur la Sécurité Nucléaire.
_________________
James Lovelock (les Echos mai 2007)
"L’hostilité à l’égard de l’énergie nucléaire m’est apparue encore plus absurde compte tenu de la gravité de la crise climatique".
Le lien d'un type "qui ne sait pas quoi dire": www.manicore.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Kristo



Site Admin
Site Admin
Inscrit le: 02 Juin 2006
Messages: 848
Localisation: Paname

MessagePublié le: Ven 25 Déc 2009, 13:03    Sujet du message: Répondre en citant

Enviro2b - 23/12/09

Bruno Chareyron (Criirad) : "Il ne faut pas laisser croire que l’énergie nucléaire est propre"

Bruno Chareyron, ingénieur en physique nucléaire, chef du laboratoire de la Criirad, Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité, dénonce les mensonges de l’industrie nucléaire qui minore ses émissions de CO2 et ses déchets.

Que répondez-vous à Anne Lauvergeon, présidente d'Areva, lorsqu'elle affirme que l’énergie nucléaire est « propre » ?

Anne Lauvergeon dit que le nucléaire ne fait pas de CO2. C’est une affirmation totalement erronée.

C’est pourtant une information reprise régulièrement dans la presse notamment…
Cela fait partie des informations fausses que l’industrie nucléaire véhicule depuis maintenant très longtemps. Avec deux grands mensonges : faire croire aux gens que l’énergie nucléaire ne fait pas de CO2 et qu’elle ne fait que très peu de déchets radioactifs, et qu’on sait parfaitement les gérer. Lorsque l’industrie nucléaire affirme que cette énergie ne fait pas de CO2, c’est faux parce qu’à chacune des étapes de la production et de l’utilisation de l’énergie nucléaire, il y a des rejets de CO2.

Quelle est la nature de ces émissions de CO2 et dans quel volume ?
L’extraction par exemple de l’uranium par des filiales d’Areva au Niger nécessite de l’énergie. Les pelles, les camions et les machines utilisés pour l’extraction fonctionnent au fioul et grâce à une centrale thermique au charbon extrêmement polluante. Lorsqu’on évoque l’énergie nucléaire, il faut l’analyser du début, sur la mine d’uranium à la fin, c’est-à-dire le retraitement, pour ce qui concerne la France. Ce qui est frappant, c’est qu’à chaque étape, il y a des rejets de CO2. Tout l’uranium brûlé dans les centrales françaises passe par la Comurhex de Malvesi, près de Narbonne, qui purifie l’uranium naturel pour en faire de l’UF4. Cette usine a rejeté en 2007, selon les propres chiffres d’Areva, 384 500 tonnes d’équivalent CO2 et d’oxydes nitriques, ce n’est pas rien.

Est-ce que les rejets de l’industrie nucléaire sont chiffrés et transparents ?
Posez la question à Areva. Il existe de nombreuses études qui démontrent qu’à force d’aller chercher un minerai de plus en plus pauvre en uranium, il faut de plus en plus d’énergie pour accéder à ce minerai. Le bilan énergétique et le bilan carbone de cette filière nucléaire est, et sera à l’avenir de plus en plus dégradé. Il serait très intéressant qu’Areva publie un bilan carbone de l’ensemble du cycle du combustible nucléaire. Il faut savoir que même l’usine de retraitement de La Hague, est une des industries qui rejettent le plus de gaz à effet de serre de la région nord-Cotentin, 80 000 tonnes de CO2 en 2007.

Qu’en est-il des centrales nucléaires elles-mêmes ?
Pour fabriquer une centrale nucléaire, il faut énormément de béton, ce qui produit évidemment des gaz à effet de serre. Une centrale nucléaire réchauffe directement l’environnement, puisque le rendement d’une centrale est d’environ 30%. Les 2/3 de l’énergie qui sort du combustible sont perdus localement sous forme d’échauffement de l’eau et de l’air. Par ailleurs, il y a une question qui n’est jamais traitée, sans que je sache pourquoi, c’est la question de la vapeur d’eau, qui est un gaz à effet de serre. Si on veut être scientifiquement juste, lorsqu’on parle du nucléaire, il faut que la filière nucléaire sorte un bilan carbone honnête et scientifique sur toutes ces étapes.

S’agissant des déchets, vous êtes également en désaccord avec les affirmations de la patronne d’Areva ?
Selon Anne Lauvergeon, le nucléaire ne produit que de toutes petites quantités de déchets. Il faut quand même rappeler que la mine d’uranium représente une première étape particulièrement polluante dans la production nucléaire. Cette extraction produit des quantités énormes de déchets radioactifs. On dénombre en France plus de 50 millions de tonnes de boues radioactives, résidus de l’extraction de l’uranium. On estime qu’il y en aurait plus de 35 millions de tonnes au Niger et 7,5 millions au Gabon. On ne peut pas appeler ça des petites quantités de déchets.

Comment se situe la Criirad par rapport à des organisations militantes comme Sortir du nucléaire ?
L’objectif de la Criirad, c’est que l’opinion publique ait accès à l’information la plus fiable possible sur la radioactivité en général. La Criirad est une commission de recherche qui se base sur des données scientifiques, sans se positionner pour ou contre le nucléaire. Notre rôle est d’apporter une expertise sur l’impact de la radioactivité, et de fournir aux citoyens comme aux décideurs politiques une information la pus honnête possible. Tout est parti du mensonge de Tchernobyl, au lendemain duquel un groupe de citoyens a estimé nécessaire de disposer de moyens de mesures et d’expertises indépendants.

Comprenez-vous la politique nucléaire française réaffirmée récemment par Nicolas Sarkozy ?
Il ne faut pas laisser croire que l’énergie nucléaire est propre. Après, que les gens décident en toute connaissance de cause, en considérant les avantages et les inconvénients de chaque source d’énergie, qui ont toutes leurs aspects négatifs, c’est leur responsabilité.

Les politiques disposent-ils d’une information transparente dans ce domaine ?
On voit bien l’étonnement de certains politiques comme Jean-Louis Borloo après la diffusion d’une émission d’Elise Lucet sur la France contaminée, dans Pièces à conviction. Pourtant, l’impact des anciennes mines d’uranium en France, révélé sur France 3, est un problème que nous dénonçons depuis 16 ans.
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
volubilis69



Invité



MessagePublié le: Jeu 21 Jan 2010, 14:05    Sujet du message: Rien que quelques arguments... Répondre en citant

Je ne peux m'empêcher de réagir à certaines phrases que j'ai lues plus haut, comme celle-ci :

"c’est tout le débat nucléaire qui se trouve revisité [...], des leçons tirées de l’expérience "

Je ne vois pas de quelle expérience on parle. Nous n'en avons toujours pas : pas de centrale proprement démentelée, pas de déchet géré durablement, juste de l'enfouissement en attendant que ça passe, après nous le déluge !

"Le débat est relancé et le public est plus que jamais amené à s’interroger : quels sont les véritables avantages de cette énergie, de plus en plus souvent présentée comme un indispensable recours"

Le débat est uniquement relancé par notre super agent commercial du nucléaire, je veux dire M Sarkozy qui est un excellent vendeur d'armes et/ou de nucléaire dans le monde.

Mais s'il faut voir un avantage au nucléaire, c'est que grâce au faible prix de vente de l'électricité en France*, nous pouvons encore PLUS consommer ! Merci Dieu de la consommation de nous fournir autant d'énergie à gaspiller !

* les prix actuels ne tiennent pas compte du coût du démentèlement et du "retraitement" des déchets . ça, c'est nos enfants qui le paieront. Il est pas beau le cadeau ?

Ben voilà, même quand on a pas tous les arguments d'expert, on a envie de s'exprimer sur un sujet aussi grave.
Revenir en haut de page
Kristo



Site Admin
Site Admin
Inscrit le: 02 Juin 2006
Messages: 848
Localisation: Paname

MessagePublié le: Jeu 14 Mar 2013, 0:41    Sujet du message: Répondre en citant

Le vrai du faux
Batho dit-elle vrai sur l'empreinte carbone de l'énergie nucléaire ?

France Info le Mardi 12 Mars 2013

Invitée de France Info lundi matin, jour anniversaire de la catastrophe nucléaire de Fukushima, la ministre de l'Ecologie et de l'Energie a vanté les mérites du nucléaire, "énergie décarbonée". Delphine Batho a par ailleurs affirmé que le renoncement de l'Allemagne au nucléaire avait fait "monter ses émissions de CO2". Vrai ou faux ?

Delphine Batho vante sur France Info les mérites du nucléaire, "énergie décarbonée"

Faux.

Car le nucléaire, ce ne sont pas que les centrales, c'est toute une filière : il faut extraire l'uranium, l'enrichir, le transporter, construire les centrales — et la fabrication du béton produit énormément de gaz carbonique.
Un ancien cadre de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Daniel Weisser, a compilé 103 études rédigées dans le monde entier, sur l'empreinte carbone des différentes énergies. En moyenne, chaque kilowatt/heure d'électricité nucléaire produit rejette 66 grammes de CO2 dans l'atmosphère. C'est beaucoup moins que les centrales à gaz naturel (près de 500 gr) ou les centrales à charbon (autour d'un kilo). Mais cela reste deux fois plus que l'énergie solaire (32 gr) ou les éoliennes offshore (9 gr).

Parler d'énergie "décarbonée" est donc un abus de langage, un greenwahsing entretenu par Delphine Batho mais initié par Nicolas Sarbozy en 2007. Si on ne "verdit" pas le nucléaire, on exportera moins facilement nos centrales atomiques. Et on n'atteindra pas notre objectif de 23 % d'énergies renouvelables à l'horizon 2020.

Autre phrase de Delphine Batho hier matin sur France Info :

Delphine Batho pointe du doigt la consommation allemande de charbon

Doublement Faux.

L'Allemagne respecte les engagements qu'elle a pris en matière de réduction des émissions de CO2. Elle a arrêté 8 de ses 17 réacteurs en 2011, tout en réduisant de 50 à 44 % la part du charbon dans son mix énergétique. Comment ? Grâce à des investissements massifs dans les énergies propres, à l'apport de la production d'électricité par les particuliers, mais surtout aux efforts consentis dans l'isolement des bâtiments et des maisons, réduisant ainsi les besoins énergétiques, et donc la pollution.
La hausse du charbon en Europe est surtout observée dans les pays en pleine transition énergétique : Pologne, Hongrie, République Tchèque. Mais aussi en Espagne (+ 65 %), en France (+ 50 % en un an) et au Royaume-Uni (+ 35 %). Pourquoi ? D'abord pour des raisons économiques : le prix du charbon s'effondre parce que les Etats-Unis, qui sont passés aux gaz de schiste, achètent de moins en moins de charbon.
Ensuite parce la tonne de CO2 produite n'est pas taxée suffisamment cher en Europe, ce qui n'encourage pas à réduire ses émissions de gaz à effet se serre.
Enfin, parce qu'une bonne partie du parc de centrales à charbon qui ne répond plus aux normes européennes va devoir fermer, les Etats cherchent donc à rentabiliser ces centrales au maximum avant de les démanteler.

Moralité : à trop regarder la paille dans l'œil de son voisin, on ne voit pas la poutre qu'on a dans le sien !



Extraits du rapport de rapport de synthèse de Daniel Weisser sur l'empreinte carbone des différentes énergies

A la suite de la diffusion de cette chronique, le cabinet de la ministre tient à apporter les précisions suivantes :

"La production d'énergie dans un réacteur nucléaire ne génère aucune émission directe de gaz à effet de serre. Elle est donc bien décarbonnée.
Les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté en Allemagne en 2012 de 1,6 %. Selon l'agence fédérale allemande de l'environnement (UBA), plus de charbon et de houille ont été brûlés pour produire de l'électricité et le gaz a été davantage utilisé pour le chauffage des habitations".

>>> Nous maintenons que présenter l'énergie nucléaire comme "décarbonée" est un abus de langage. Car il convient de prendre en compte l'intégralité de la filière nucléaire pour en établir le bilan carbone. Dans ce contexte, le kW/h nucléaire émet deux à sept fois plus de CO2 que le kW/h éolien offshore.

S'agissant des gaz à effet de serre émis par l'Allemagne, si la ministre voulait faire référence spécifiquement à l'année 2012, sortie de tout contexte général, il aurait fallu qu'elle le précise lors de son interview, ce qu'elle n'a pas fait.
Globalement, nous maintenons que l'Allemagne respecte, et même dépasse, les engagements qu'elle a pris lors de la signature des accords de Kyoto. Malgré ce très léger glissement en 2012, que nous concédons à madame Batho, la courbe reste très nettement en baisse. En 2010, l'Allemagne avait réduit, par rapport à 1990, de plus de 25 % ses émissions de gaz à effet de serre alors que ses engagements étaient de 21 % (source : agence de l'énergie allemande, équivalent de l'Ademe français)

Enfin, concernant la tendance générale des pouvoirs politiques à "verdir" l'énergie nucléaire, nous n'évoquons ici — car c'est le sujet de cette interview — que les gaz à effet de serre. Il ne faut pas oublier l'ensemble des éléments polluants utilisés par la filière nucléaire, et ce qu'elle laisse comme héritage aux générations futures : rappelons que de l'uranium usagé reste dangereux durant plusieurs centaines de milliers d'années.

http://www.franceinfo.fr/politique/le-vrai-du-faux/delphine-batho-dit-elle-vrai-sur-le-nucleaire-sans-empreinte-carbone-916799-2013-03-12
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Kristo



Site Admin
Site Admin
Inscrit le: 02 Juin 2006
Messages: 848
Localisation: Paname

MessagePublié le: Lun 20 Juil 2015, 16:23    Sujet du message: Répondre en citant

Communiqué de presse commun du Réseau “Sortir du nucléaire" et des associations Alsace Nature, Comité de Sauvegarde de Fessenheim et de la Plaine du Rhin (CSFR), Stop Fessenheim et Stop Transports-Halte au Nucléaire - 20 juillet 2015

Greenwashing d'EDF à Fessenheim : le Jury de Déontologie Publicitaire donne raison aux associations
Non, le nucléaire n'est pas une énergie "100% sans émissions de CO2" !



Espérant cacher les problèmes récurrents à Fessenheim d’un coup de peinture verte, EDF diffuse depuis plusieurs années une infographie publicitaire vantant une production d’électricité alsacienne « 100% sans émission de CO2 ». Le Jury de Déontologie Publicitaire vient de souligner le caractère fallacieux de cette communication en reconnaissant comme partiellement fondée la plainte des associations Réseau "Sortir du nucléaire", Alsace Nature, CSFR, Stop Fessenheim et Stop Transports – Halte au Nucléaire. Cet avis arrive à point, alors qu’EDF, à l’approche de la COP21, cherche à faire passer le nucléaire comme une solution à la crise climatique.

Une publicité épinglée par le Jury de Déontologie Publicitaire

Dans cette publicité, EDF prétend que l’électricité produite en Alsace par la centrale de Fessenheim, les douze barrages le long du Rhin et le site de géothermie de Soultz-sous-Forêt serait « à 100% sans émissions CO2 ». Pour dénoncer ce greenwashing éhonté, le Réseau "Sortir du nucléaire", Alsace Nature, le CSFR, Stop Fessenheim et Stop Transports – Halte au Nucléaire ont porté plainte devant le Jury de Déontologie Publicitaire (JDP), instance composée de 9 membres nommés par l’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité (ARPP).

Cette plainte a été examinée en séance par le JDP le 3 juillet 2015. L’avocat d’EDF a tenté de défendre l’entreprise en prétendant qu’il ne s’agissait pas d’une publicité mais d’une simple communication à vocation socio-économique.

Le Jury ne s’est pas laissé duper et a reconnu comme partiellement fondée la plainte déposée par les 4 associations anti-nucléaires. En particulier, il a estimé que l’affirmation « 100% d’électricité produite sans émissions de CO2 » était beaucoup trop ambiguë. Il a notamment relevé que cette publicité était susceptible d’induire en erreur le public sur la réalité écologique des actions d’EDF, en méconnaissance du point 1/1 de la Recommandation "Développement durable" de l’ARPP, et qu’elle n’était également pas conforme à la disposition de cette Recommandation, selon laquelle "la publicité doit éviter, dans son discours, de minimiser les conséquences de la consommation de certains produits ou services susceptibles d’affecter l’environnement".

Un coup de peinture verte pour cacher les problèmes d’une filière dangereuse et polluante

Évoquer une électricité « 100% sans émissions de CO2 » est tout simplement mensonger : aucune activité industrielle n’est exempte de rejets de gaz à effet de serre. Surtout, en se focalisant sur la phase la moins émettrice, celle de l’exploitation de la centrale, EDF omet de comptabiliser les émissions non négligeables liées aux différentes étapes de la chaîne du combustible nucléaire (extraction de l’uranium, fabrication du combustible, opérations de traitement des déchets, etc.). Selon une synthèse de 103 études sur le contenu CO2 de l’électricité nucléaire, la valeur médiane du KWh s’établirait autour de 66g de CO2, avec des valeurs maximales atteignant 288 g de CO2/kWh [1].

Et à travers cette publicité, qui crée un amalgame malhonnête en mettant sur le même plan nucléaire et énergies renouvelables, ne s’agit-il pas aussi de faire oublier le risque permanent d’accident ? Les incidents à répétition passés sous silence, comme par exemple la fuite de plus de 100 mètres cube d’eau ? Le réchauffement des eaux du Rhin et les rejets chimiques et radioactifs dans le fleuve ?

Les associations souhaitent exploiter cet avis pour contraindre EDF à retirer sa publicité mensongère. Alors qu’EDF, 19ème plus gros émetteur mondial de gaz à effet de serre, compte parmi les sponsors de la COP21, le Réseau “Sortir du nucléaire“ compte bien contrer sa campagne de greenwashing présentant à tort le nucléaire comme bon pour le climat !

Afin de lutter contre la désinformation, le Réseau "Sortir du nucléaire" publie également une infographie fournissant quelques chiffres peu connus sur le bilan environnemental peu glorieux de Fessenheim.

Consulter la décision du JDP
http://www.sortirdunucleaire.org/Greenwashing-Fessenheim?var_mode=calcul

Notes :

[1] Étude Valuing the greenhouse gas emissions from nuclear power : a critical survey, publiée par Benjamin K. Sovacool en 2008 dans la revue Energy Policies. https://www.nirs.org/climate/background/sovacool_nuclear_ghg.pdf

Contacts presse :

Juriste, Réseau "Sortir du nucléaire" - 07 62 58 01 23
Jean-Marie Brom, Stop Transports-Halte au Nucléaire - 06 08 98 79 40



Chargée de communication : 06 64 66 01 23

Retrouvez ce communiqué sur notre site : http://www.sortirdunucleaire.org/Greenwashing-d-EDF-a-Fessenheim-le-Jury-de
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis:   
Publier un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum nucléaire - Désobéir Index du Forum -> Divers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4
Page 4 sur 4

 
Sauter vers:  
Vous pouvez poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group  /  Traduction par : phpBB-fr.com

Retour à l'index    Non au M51   Désobéir    Ajout aux favoris       Mentions légales          Site
Meter